Saturday
Feb022019

Afrique du Sud janvier 2019

 

 

S’il y a un seul pays dans lequel on se rend et d’où l’on revient différent, je pense que c’est bien l’Afrique du Sud. Les paysages, la nature, son histoire, ces peuples poignants et au combien attachants avec leurs regards et leurs sourires. Bref, une leçon de vie à grande échelle et un électrochoc de ce qu’est réellement la vie. Mais concentrons-nous sur le vin.
 
Terre viticole lointaine mais avec une histoire viticole très ancienne, cette terre d’Afrique a vu apparaître ses premiers ceps de vigne, dès le milieu du 17ème , plantés par les hollandais. Mais ce sont les Huguenots français qui créèrent les premiers le vignoble et développèrent la culture de la vigne comme nous la connaissons actuellement.

 


Le vignoble sud-africain est aujourd'hui le résultat de 25 années de mutation, engagé dès 1994 à la chute du régime de l'apartheid.
 
A ce jour le vignoble sud-africain compte pas moins de 132 000 hectares, ce qui le situe au 8ème  rang des pays producteurs. Son vignoble est réparti dans différentes régions viticoles, nous n’en citerons que les deux plus importantes:

La région du Cap est située sur la côte Ouest avec les vignobles réputés de Paarl, Stellenbosch, Constantia (Vin de Klein Constantia datant de 1684 ) ou encore Swartland.

La région de Reed River Valley, plus dans les terres au Nord Est, avec les vignobles de Robertson et Worcester.



Mais il est important de parler aussi des vins de l’extrême Sud qui sont très proches de l’océan et qui ont une climatologie plus fraîche et très propice à la vinification de beaux blancs, avec beaucoup de fraîcheur comme le vignoble de Elgin ou de Walker Bay. Dans ces deux vignobles, le chenin, le riesling et le chardonnay donnent des vins complexes et de grande précision. Pour les rouges élaborés à base de syrah et de pinot noir, les vins développent des structures tanniques fines et des aromatiques fraîches.

Le climat de la région du Cap est de type méditerranéen. On peut y distinguer 2 influences différentes :
Maritime : c’est le cas par exemple des vignobles de Constantia et de Walker Bay qui sont plus frais. La pluviométrie annuelle peut dépasser les 1000 mm. Ce sont les vignobles de prédilection des cépages blancs (Sauvignon Blanc, Sémillon, Riesling…).
Continentale : c’est le cas des vignobles de Stellenbosch, Paarl, Wellington, Robertson et Worcester… Les vignes peuvent être plantées à flanc de montagne jusqu’à 600 m d’altitude afin de rechercher de la fraîcheur. Lors des fréquentes vagues de chaleurs, les températures peuvent dépasser les 40°C. La pluviométrie peut varier de 280 mm à Worcester à 600 mm à Stellenbosch en fonction de la distance à la mer et de la présence ou non de montagnes.

 

 

Le climat du Cap oriental Sud Est en effet plus frais que sa position de 35 degrés au sud de l’équateur pourrait le laisser penser. Situé au confluent des Océans Indien et Atlantique, les températures sont modérées par le courant froid du Benguela qui longe la côte Atlantique. Offrant ainsi un climat méditerranéen à l’Afrique du Sud, les étés sont chauds (et non très chauds), avec quelques pluies et des hivers doux, sans gel ou très rarement. Ces conditions climatiques permettent la production d’un éventail de vins très important et forment un vignoble considéré comme l’un des plus beaux au monde. La géographie de la péninsule, plutôt très montagneuse, accueille enfin divers climats dont on tire un large bénéfice, en procurant à chaque vigne la météo qu’il lui faut.

 

 

En Afrique du Sud, les sols sont majoritairement de types granites, schistes et grès, mais ce qui les rend particulièrement exceptionnels vient du fait qu’ils sont souvent décomposés car âgés de plus de 200 millions d’années.
 
95% des vins sud-africains sont produits dans la province du Cap (Western Cape). L'Afrique du Sud possède probablement la notion de terroir la plus forte du "nouveau monde". Le Système "Wines of Origin" divise les zones viticoles en régions, en districts et en « wards ».
 
Pour l’Afrique du Sud, les cépages historiques sont pour les blancs, le chenin (le plus important), le sauvignon et les sémillons, car pour ce cépage plusieurs variétés sont ici représentées et identifiées comme le rose ou le jaune par exemple. Il y a aussi actuellement du viognier et du riesling. Pour les rouges, le cinsault (le plus important qui s’écrit CINSAUT ici), la syrah, le cabernet franc, le cabernet sauvignon, le merlot, le pinot noir mais aussi quelques cépages italiens.
 
Mais nous ne pouvons pas parler de l’Afrique du Sud sans parler de son cépage qui est le pinotage. Ce dernier est né du croisement intraspécifique entre le pinot noir et le cinsaut (appelé aussi hermitage) en 1925 par le Professeur Abraham Izak Perold. Il occupe actuellement 6500 ha en Afrique du Sud. Depuis, il a été planté en Nouvelle Zélande, en Australie, aux Etats unis (Californie), au Canada, au Brésil, en Israël...

 

 
Ce cépage a souvent mauvaise presse, car il est productif par nature : avec l’irrigation et en conduite de taille Guyot double il atteint souvent la production de 30 à 40 tonnes/hectares. Quand ce dernier est élaboré suivant ce type de viticulture il donne souvent un goût herbacé et fumé, la caricature de ce cépage. Par contre, quand il est élaboré de la façon ancestrale en taille Bush Vine (taille courte en gobelets) et sans irrigation dans de beaux terroirs de granites décomposés, là les rendements sont de 2 à 6 tonnes/ha et les vins montrent un tout autre visage, sur la profondeur et la suavité.



 

J’ai dégusté beaucoup de cépages différents qui m’ont énormément plu pendant ce voyage. Mais s’il y a deux cépages qui m’ont particulièrement bluffé, ce sont le chenin et le cinsaut. Il faut avant tout comprendre que ces deux cépages ont environ 300 ans d’existence dans ce pays et ils ont donc muté afin de s’adapter à la climatologie. Ils ont donc développé une aptitude parfaite pour une maturité optimale.

 

J’ai eu la chance de déguster des chenins dans la région de Walker Bay et de Stellenbosch sur de très vieux sols de schistes et de granites, absolument magiques, dignes des plus grands chenins de la Loire et Dieu sait si j’aime ces chenins de Loire !  Des vins d’une grande pureté avec beaucoup de verticalité, de tension et de résonance. Des bouches suaves, concentrées, ciselées et vibrantes.

 


Pour les cinsauts, j’ai réellement découvert ou plutôt redécouvert ce cépage dans ce pays car bien évidement nous avons de beaux cinsaults en France mais il sont souvent utilisés en cépage accessoire pour l’assemblage de Provence, Languedoc ou encore de Châteauneuf-du-Pape. Ils sont très rarement en mono-cépage, ce qui est d’ailleurs, je pense, bien dommage.
 
En Afrique du Sud j’ai découvert toute la complexité et le potentiel de ce cépage. Des vins profonds et suaves comme rarement rencontrés, des bouches tenues par de belles acidités et des structures tanniques bien présentes mais totalement équilibrées.



Après avoir parcouru 650 km dans les différentes régions viticoles du Cap, assisté à une conférence sur le pinotage à l’université de Stellenbosch, dégusté 130 vins dans les vignobles et avoir visité 8 domaines (Fairview, Glen Carlu, Kershaw, Alheit Vineyards, Lukas Van Loggerenberg, Charles Fox, klein Contantia et Kanonkop), je vous confirme qu’en Afrique du Sud il y a de grands vins de terroirs avec un grand T et une diversité importante de styles et de typicités.
 
J’ai découvert aussi de très beaux sparklings qui sont appelés ici MCC (Méthode Cap Classique). Certains étaient dignes de nos belles bulles champenoises comme le domaine Le Lude, Graham Beck en rosé, ou encore Charles Fox (assez impressionnant sur des mises en cave prolongées).

 

Voici pour les vins blancs et rouges quelques gros coups de cœurs qui devraient arriver en magasin dans les prochaines semaines à venir.
 
Vins blancs :

 

  • Erika Obermeyer : Sauvignon blanc Groenekloof 2017 ****

 

  • Alheit Vineyards : Nautical Down Chenin 2017 ****(*)

 

  • Alheit Vineyards : Fire By Night Chenin 2017 *****

 

  • Alheit Vineyards : Magnetic North Chenin 2017

 

  • Alheit Vineyards : Colline Vineyard Sémillion 2017 

 

  • Kershaw : Chardonnay 2017 ****

 

  • Kershaw : Chardonnay  Deconstructed 2017 *****

 

  • The Sadie Familly Chardonnay Swartland 2017 *****

 

  • Hamilton Russell Chardonnay Walker Bay 2017 *****

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Trust Your Gut Chenin 2018 

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Kameraderie Chenin 2017 

 

 
 

Vins rouges :

 

  • Alheit Vineyards : Cinsaut 2018 ****

 

  • Kershaw : Pinot Noir  2017 ****(*)

 

  • Kershaw : Syrah  2016 ****(*)

 

  • Kershaw : Syrah  Deconstructed 2016 

 

  • Hamilton Russell Pinot Noir Walker Bay 2005 

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Geronimo Cinsaut 2017 *****

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Breton 2018 Cabernet franc 2017 

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Graft 2017 55 % Syrah et 45 % Cinsaut 

 

  • Lukas Van Loggerenberg : Graft Syrah 2018

 

  • Kanonkop Pinotage 2013 Réserve *****

 

  • Beyerskoff cuvée Diesel Pinotage 2016 ****(*)

 

  • KWV Pinotage 1982 ****(*)

 

  • Nettthlinsgof Owl Post 2017 Pinotage ****

 

 
Viniquement,
Fabrice

Friday
Feb232018

Voyage en Sonoma été 2017

 

Excursion en Sonoma Juillet 2017


Après avoir trainé mes grolles en Nouvelle Zélande, en Australie et au Canada afin de comprendre le style des vins et de la viticulture, il devenait important pour moi d’aller m’immerger en Californie.

 

Un peu d’Histoire…

La première exploitation viticole de la Californie est fondée en 1769 par le missionnaire franciscain Junipero Serra, près de San Diego. D’autres missionnaires contribuent à la plantation de vignes plus au nord et le premier vignoble de Sonoma est planté vers 1805. En 1836, Georges Yount devient le premier colon blanc à s’installer dans la vallée de Napa.

Voici quelques dates qui ont marqué à jamais l’histoire et donc l’extension de la vigne aux États-Unis.

Tout d’abord le phylloxéra, très connu en Europe, a aussi attaqué la vigne et provoqué la mort des ceps de vignes pour la première fois en Californie en 1873. En fait, le phylloxéra va décimer la majeure partie du vignoble.

Ensuite, le coup de massue pour le développement des vins au Etats Unis : la Prohibition est mise en vigueur !

 

  

 

Cette dernière interdira en Californie toute production, transport, importation et exportation de vins de 1920 à 1933.

 

 

 

 

De 1980 à 1990, un ultime coup de sort va contribuer à faire de la viticulture Californienne ce qu’elle est aujourd’hui : l’insecte du phylloxéra mute et revient attaquer les vignes des vallées Californiennes plus de 100 ans après son dernier passage. Alors que les nouveaux greffons sont sensés résister à l’insecte, celui-ci va muter si bien que les ceps ne lui résisteront pas. Loin de se désespérer, les vignerons californiens rebondissent et en profitent pour replanter sur de nouvelles bases, tout en tenant compte des derniers standards œnologiques.

 

 

 

Pinot Noirs à petites grappes

 

Actuellement la Sonoma compte 15 AVAs pour 5 sous régions viticoles principales implantées dans les vallées qui sont : Alexander Valley, Mendocino, Dry Creek Valley, Russian River Valley et Sonoma Valley. Les 425 domaines viticoles partagent 24 000 ha.

A ce jour les États-Unis sont le quatrième producteur mondial de vins derrière la France, l’Italie et L’Espagne. La production californienne à elle seule représente 90 % de la production américaine et le double de celle de l’Australie.

 

Des idées qui ne sont plus toujours d’actualités

La grande majorité des amateurs de vins en Europe mettent bien trop souvent les vins de la Californie dans le même stéréotype.  Ils les perçoivent comme des vins puissants et riches, dû au climat très chaud et sec. Mais la Sonoma toute particulièrement est une région complexe et riche en microclimats.  Beaucoup de terroirs à Sonoma sont dans des endroits qui restent frais et ensoleillés. Le cycle végétatif est, par exemple, identique à celui que nous avons en France, soit de 100 jours de l’apparition de la fleur à la date des vendanges.

 

 

 

 

Le vignoble de la Sonoma

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Voici donc quelques mots de mon dernier voyage viticole outre Atlantique, lors de l’été 2017.

Pour cette excursion direction San Francisco, ville mythique du nord de la Californie, où il fait bon vivre et bien manger. Pour ce voyage en Californie la région viticole ciblée est la Sonoma. Cette dernière est à 45 minutes de voiture de San Francisco. Il suffit juste de passer les embouteillages du Golden Gate et le tour est joué ! Après quelques kilomètres et des vues magnifiques sur la baie de San Francisco, les premiers arpents de vignes apparaissent déjà.

 

La Sonoma c’est quoi et c’est ou en Californie ?

 

La région de Sonoma commence à Petaluma à 30 miles (pour info : 1 mile = 1.6 km) au nord de la baie de San Francisco jusqu’à Healdsburg. Elle s’étend sur 35 miles de long et 35 miles de large avec des champs et plaines et des petites collines adjacentes à la côte Pacifique. L’autoroute 101 coupe le paysage et traverse la petite ville de Santa Rosa (célèbre pour sa compétition d’Ironman) à mi- chemin. La région de Sonoma est divisée en plusieurs parties : la vallée de Dry Creek, la vallée de Russian River et la vallée de Sonoma.

 

 

 

Ce vignoble s’étend de l’océan Pacifique aux montagnes Mayacamas entre le 32ème et 42ème parallèle nord. La Sonoma est très vallonnée avec une topographie complexe de collines qui ressemble parfois étrangement à la Toscane. Mais Sonoma Valley a aussi des montagnes et des vallées, contrairement à sa voisine, la très plate Napa Valley. L’océan pacifique régule les températures : même si en journée, il peut facilement faire 30 à 40°C au début de l’été, les nuits sont fraîches, aux alentours de 10°C . Idéal pour la culture de la vigne. Pour info 2017 est l’année la plus chaude enregistré en Sonoma depuis 100 ans (et nous l’avons bien ressentissur place…).

 

 

 

 

 

Les types de sols sont extrêmement divers : basaltes, schistes, argiles, chaux volcanique, galets et gravillons alluvionnaires. Le vignoble s’étend sur 24 000 hectares, avec des altitudes pouvant atteindre 780 mètres. Les terroirs y sont tous aussi divers : de la fraîche Russian River ou se trouvent d’excellent pinots noirs et chardonnays, à la Sonoma Valley où ce sont les merlots, cabernets francs et sauvignons qui s’expriment à merveille.

 

 

La source de fraîcheur dans cette région viticole est incontestablement le fameux FOG (brouillard). Ce dernier apparait dans la baie de San Francisco par la fraîcheur du pacifique et se produit au contact des terres chaudes. D’ailleurs le meilleur commerce dans San Francisco, je pense, est vendeur de sweatshirts et de coupe-vent pour les touristes qui débarquent se disant que la Californie c’est caniculaire. Car croyez-moi, avec le brouillard dans cette ville, il fait froid. Pour indice quand vous avez 30 à 32°C du côté de Santa Rosa qui est à 45 minutes dans les terres, il fait que 21°C à San Francisco. Ce fameux FOG, qui couvre Sonoma la nuit, commence à disparaitre en début d’après-midi au mieux.

 

 

 

 

 

Formation du Brouillard dans la baie de San Francisco et rentrant dans les terres au niveau du Golden Gate.

 

Mais ce brouillard, tant détesté par les touristes et les habitants de San Francisco, prend une toute autre dimension quand on rentre dans la vallée qui longe les différentes régions viticoles de la Sonoma. En effet ce dernier permet justement de créer des microclimats assez frais. Il favorise ainsi la lente maturation des raisins, leurs permettant de garder un potentiel acide important et des ph assez bas. C’est pourquoi dans cette région complexe on retrouve un grand nombre de cépages, allant du chardonnay aux magnifiques pinots noirs mais aussi le trousseau, chenin, sangiovese, syrah, albariño, zinfandel, sauvignon etc…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par temps chaud, le brouillard touche toutes les vallées montagneuses donnant sur la baie de San Francisco. L’air se réchauffe et s’élève, créant un vide qui aspire l’air froid du pacifique, et avec lui le brouillard formé au large par le soleil matinal. Dans cette Californie à climat chaud, sans ce moyen de rafraîchir le raisin, il serait impossible de prolonger la période de mûrissement, et donc de produire de grands vins de qualité.

 

A savoir que 70% du vignoble de Sonoma est actuellement en viticulture durable et que pour 2018 l’ensemble le sera.

 

Système des appellations d’origine en vigueur aux États-Unis

Les AVA (American Viticultural Area), système d’appellation d’origine en vigueur aux Etats-Unis, furent créés en 1978 et sont entrés en vigueur en 1983. Un AVA couvre un district viticole, une subdivision d’un comté fondé sur des critères comme le climat, le sol ou l’altitude. Sur les 230 AVAs que comptent les États-Unis, 130 se retrouvent en Californie. Contrairement au système français des AOP, si les AVAs définissent les régions viticoles, elles n’imposent aucunes obligations en ce qui concerne la production du vin. La mention AVA sur une étiquette implique seulement qu’au moins 75% du raisin utilisé pour le vin provient bien de la zone délimitée par l’AVA.

En aucun cas, elle ne garantit la totalité du vin ou la manière dont il est fait mais plutôt la particularité de sa zone.


Pendant mon séjour 8 visites on étaient faite dans les domaines et environs 70 vins déguster

de toute la région de Sonoma.

 

Voici donc quelques cuvées et domaine qui fortement retenue mon attention.

Les étoiles (***) à côté des cuvées sont leur note, le maximum étant 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première visite à eu lieu au domaine Copain Wines.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wells Guthrie, winemaker chez Copain Wines, a découvert au début de sa carrière, que son goût du vin était vers l'Europe, et la Vallée du Rhône en particulier. Il déménage donc avec son épouse dans la région pour apprendre des meilleurs. Pendant deux ans, Wells a appris de la légende vivante, Michel Chapoutier, dans la vallée du Rhône. Pendant ce temps, Wells était profondément inspiré par les traditions et les pratiques de la vinification française, sans oublier l'attitude européenne selon laquelle le vin est une partie essentielle de la vie. Revenu en Californie, il fonde Copain Wines. À Copain, il crée des vins solidement enracinés en Californie, mais avec la sensibilité des vins européens qui l'ont tellement ému. Il est profusément engagé à fabriquer ces vins élégants et nuancés. Dans la grande tradition des vignerons européens, dont les domaines ont été dans la même famille depuis des générations, il construit un héritage qui sera transmis à ses filles.

De domaine est perché sur une colline surplombant la jolie vallée de la rivière Russian (Russian River Valley).

 

 

Ce domaine, comme la grande majorité des domaines aux Etats-Unis, est propriétaire de quelques vignes mais la grande plupart des raisins sont achetés aux viticulteurs, ou des agriculteurs comme il disent ! La grande majorité des vins sont produits en méthode biologique, voir en biodynamie.

Ici on recherche la fraîcheur et l’élégance. Les vendanges sont faites généralement 1 mois avant les autres domaines.

 

 

 

Dégustation :

Chardonnay, Anderson Valley, 2015, Cuvée Les Voisins ***

Le vin se montre au nez frais délicat avec une belle profondeur.

La bouche est dense en attaque avec une richesse apparente mais de belle tension.

 

Trousseau, North Coast, 2015, Copain Estate ****(*)

Cette jeune plantation de 2006 démontre un réel intérêt pour ce cépage dans cette région.

L’expression variétale du cépage et tenue et la fraicheur est présente avec ces notes de cerises fraiches.

La bouche est suave et assez sapide, belle découverte !

 

Pinot Noir, Anderson Valley, 2014, Cuvée Les Voisins ***(*)

Nez assez typé des jeunes pinots de la région qui subissent plus le climat que le terroir.

Note d’épices et légèrement mentholé, le nez est assez expressif sans allez dans la démonstration.

Belle tenue en bouche avec une tout de même une sensation de chaleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pinot Noir, Anderson Valley, 2012, Kiser Cuvée En Haut *****

Cette cuvée est issue de vignes plantées en 1972 de greffon qui viendraient de La Tache (DRC).

Ce qui est certain c’est que ce vin est absolument magnifique sur une belle attaque de fruits rouges avec des notes de cacao amer en finale !

Pinot Noir, Anderson Valley, 2012, Kiser La Combe en Grès ******

Cette cuvée est malheureusement produite en faible quantité, que 50 caisses par an dans les belles années.

Elle provient d’une vigne d’une acre seulement soit 0.4 ha. Cette cuvée a subi un élevage en fûts français neufs pour 30 %. L’équilibre de ce vin est absolument remarquable, la bouche est pure et fraîche sur de grandes notes de pinot, magnifique !

 

Pinot Noir, Anderson Valley, 2013, Monument Tree  ****

Cuvée issue d’un assemblage de 12 variétés de pinots noirs. En résulte un vin digeste en bouche avec de la fraîcheur mais une finale assez chargée en alcool. Ce vin reste de grande qualité pour accompagner une belle viande grillée.

 

Syrah, Yorkville Highlands, 2014, Voisins ***

Attaque sur l’opulence et la richesse. La structure de ce vin est tannique avec présence alcoolique importante. Un vin tout de même démonstratif, ressemblant à nos syrahs sudistes.

 

Syrah, 2009, Copains ***(*)

Ce vin se montre moins démonstratif mais tout de même dans la richesse

 

Syrah, Hawks Butte, 2007, Copain **(*)

Beau vin mais la finale sèche légèrement un vin en fin de vie.

 

 

Domaine RAFANELLI


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une tradition familiale dans Dry Creek Valley !

Depuis le début des années 1900, la famille Rafanelli cultive des raisins et fait du vin dans la vallée de Dry Creek. Quatre générations plus tard, elles respectent toujours la tradition, cultivent des raisins de première qualité et produisent des vins de classe mondiale. La cave est petite, et la propriété familiale, la production est limitée, en mettant l'accent sur la qualité et non sur la quantité ! La famille se targue de produire des vins exceptionnellements exceptionnels d'une année à l'autre, spécialisés dans certains des meilleurs Zinfandel, Cabernet Sauvignon et Merlot.

 

Les vins de ce domaine ne sont pas disponibles dans les points de vente au détail, ils ne peuvent être achetés qu’à la cave, en personne.

 

 

 

 

Comme vous pouvez le constater sur cette photo, ici on ne compte plus les médailles et les récompenses !

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette photo vous pouvez voir seconde fille de Monsieur Rafanelli, Stacy, qui gère la partie cave.

 

 

 

 

 

Le vignoble occupe une surface de 125 acres soit environ 50 hectares, sur lesquels poussent du Zindandel, Cabernet Sauvignon, Merlot et un peu de Syrah. Ici les ceps de vigne dans certaines parcelles de Zinfandel atteignent 125 ans, étonnant car la moyenne du vignoble de Rafanelli est de 85 ans. Cette terre de Dry Creek Valley est l’endroit idéal pour ces cépages a structure.

Ici l’irrigation est intervenue assez tard et à épargner la majorité des Zindendel. Par contre elle est en action sur les nouvelles plantations de tous les cépages mais à très faibles doses et surtout après les vendanges pour nourrir les sols.

Pour ce qui est des méthodes de vinification, elles sont assez traditionnelles. Les fermentations sont faites dans des cuves en inox thermo-régulées. Ensuite intervient un élevage en barrique de chêne français. Environ 25 à 30 % de bois neufs sont utilisé pour renouveler le parc.

 

 

Vins dégustés :

 

Merlot, Dry Creek Valley, 2014 ****(*)

500 caisses produites

(Attention aux États-Unise, peut-être revendiqué sur l’étiquette le cépage majoritaire sans le détail des autres cépages. Ce vin comporte 18 % de cabernet sauvignon).

Ce vin dévoile une couleur profonde avec une belle brillance, le nez ne démontre pas une surpuissance malgré les 14.8 degrés d’alcool annoncés sur l’étiquette. La bouche est très soyeuse en attaque et laisse une grande fraîcheur avec beaucoup de digestibilité sur des notes de fruits rouges intenses.

Malgré son élevage de 22 mois en barrique ce vin ne démontre aucune note de boisé.

 

Zinfandel, Dry Creek Valley, 2015 *****

Idem pour l’autre vin, ce zinfandel comporte 9 % de petite Syrah.

Voici le vin vedette du domaine, ce vin dévoile une belle richesse aromatique sur des notes de fruits compotés mais sans aucune lourdeur. La bouche et gourmande et tenue par une belle structure équilibré par un bel élevage de 18 mois de barriques. Un grand vin sur la profondeur et la digestibilité !

 

 

Domaine Auteur


 

Le vigneron d’Auteur Wines, Kenneth Juhasz, a un certain « feeling » avec le pinot noir, produisant des vins impressionnants pour les domaines Donum et Pali, entre autres. Auteur est son propre domaine, qu'il dirige avec sa femme, Laura. Il a appris ses bases vinicoles dans l'Oregon avant de les transplanter dans la vallée de Sonoma en 2002. Ensemble, le couple produit une gamme de Pinot Noirs provenant des vignobles du nord de la Californie et de la Willamette Valley (Oregon), ainsi que des chardonnays californiens. Pour ce qui concerne les chardonnays, les malolactiques sont bloquées afin de garder le maximum de fraicheur et de tenue dans les vins.

Ici le modèle est vraiment le style bourguignon, que ce soit pour les blancs ou pour les rouges, qui démontrent une grande digestibilité.

Le domaine fait que 24 000 bouteilles sur 9 acres et ces dernières sont vendues uniquement sur attribution.

 

Vins dégustés :

 

Chardonnay, 2013, Hyde ***

Nez gourmand sur des notes de fruits blancs, légèrement exotique. La bouche est opulente en attaque et laisse une sensation de richesse en finale. Un beau vin de repas pour des poissons avec épices douces.

 

Chardonnay, 2012, Green Acres Vineyard *****

Couleur magnifique sur des nuances or avec reflets vert, le nez laisse apparaître des notes de câpres et une grande tension aérienne. La bouche déploie une longueur intense non dénudée de tension avec une aromatique polyphonique.

 

 

Chardonnay, 2014, Durell Vineyard ****

Ce chardonnay de la Sonoma Coast laisse échappé au nez de belles notes de foin d’été, avec des touches de pousse de petits pois. Ce dernier est légèrement plus puissant en bouche que Green Acres mais reste toujours sur la tension. Très belle bouteille !

 

Chardonnay, 2014, Green Acres Vineyard ****

Même style que le 2012 dégusté ci-dessus, dans une vraie version chablisienne. Ce vin demande quelque année de cave pour sa réelle expression.

 

Pinot Noir, 2013, Willamette Valley ***(*)

Ce vin issu d’de l’Oregon et non de Sonoma démontre une belle fraîcheur laissant apparaître une grande digestibilité avec un touché de bouche fin et délicat.

 

Pinot Noir, 2014, Manchester Ridge Vineyard *****

Juste 2400 bouteilles en production pour ce pinot issu du terroir de Mendocino. Ce vin est un pur jus de grand pinot dans toute sa complexité ! Profondeur, richesse et suavité, tout y est pour en faire juste un vin envoutant et libérateur, très grande bouteille !

 

Pinot Noir, 2013, Anderson Valley Vineyard ****

Ce vin se montre le plus épicé de la gamme avec une certaine densité et beaucoup de longueur.

 

Domaine Williams Selyem



Williams Selyem Winery a commencé comme un rêve simple entre de deux amis, Ed Selyem et Burt Williams. Les deux ont commencé la vinification de week-end comme passe-temps en 1979, dans un garage à Forestville, en Californie. Il a fallu moins de deux décennies à partir de leur premier millésime commercial en 1981 pour que Burt et Ed créé un domaine culte avec un statut de renommée internationale. Ensemble, ils ont établi une nouvelle norme pour la vinification du pinot noir aux États-Unis, élevant la Russian River Valley (comté de Sonoma) parmi les meilleures régions viticoles du monde. Voici une brève histoire de l'ascension de Williams Selyem dans le monde parfois cruel du Pinot Noir.

 

 

 

 

 

 

 

 

A ce jour de domaine produit un peu plus de 20 000 caisses es sur de nombreuses parcelles en Sonoma. La qualité première de ce domaine et d’avoir grandi tout en respectant le travail et les soins apporter à la vigne comme du temps où le domaine produisait que quelques caisses. Les vins de ce domaine sont très rares et sont commercialisés uniquement au domaine et sur liste d’attribution.

Particularité : les vins rouges subissent des macérations de 50 jours avec 25 % de grappes entières.

Voici donc quelques vins dégustés au domaine après une visite des vignes est des chais, ce qui est rare dans cette région, car en effet il n’y a pas coutume de faire visiter les vignes aux clients et encore moins les chais !

 

Vins dégustés :

Chenin, 2015, Vista Verde Vineyard (Central Coast) ****(*)

Belle fraîcheur et belle longueur aromatique. La bouche et de belle tension, beau vin et impossible de mettre cette région sur ce vin. Un pur Loire !!

 

 

Pinot Noir, 2013, Weir Vineyard (Yorkville Higlands) ****

Voici un pinot noir qui me rappel certains vins de la côte de Beaune par sa pureté aromatique et sa couleur pas très soutenue. La bouche est délicate et plutôt légère.

 

Pinot Noir, 2013, Foos Vineyard (Russian River Valley) ****

Cette cuvée démontre un vin plus concentré avec une belle structure laissant apparaître une pointe de gourmandise mais sans lourdeur. L’équilibre est bien présent.

 

 

Pinot Noir, 2013, Williams Selyem Estate Vineyard (Russian River Valley) *****

Vin au nez envoutant de grande profondeur et accompagné par une palette d’arômes magnifiques. La bouche est d’un équilibre parfait entre élégance et puissance. Un grand vin à venir !

 

Pinot Noir, 2012, Bucher Vineyard (Russian River Valley) *****  

Très intéressant de voir ce profile de vin avec plus d’évolution aromatique. Des notes de sous-bois et de truffes commences à apparaître et donne à ce vin une dimension encore plus intéressante.

Un magnifique vin de repas !

 

 

Domaine Ceritas


 

 

Ceritas est dirigée par le duo mari et femme, John Raytek et Phoebe Bass.

John est un fou du vin, d’ailleurs ancien sommelier de grande renommée !

Sa motivation est l’élaboration de vins dans le plus strict respect de l’expression de sols.

Ce vigneron porte un soin extrême à tous les travaux de la vigne y compris dans les parcelles qui ne sont pas sa propriété, car il est en étroite collaboration avec les agriculteurs qui lui fournissent les raisins afin que l’agriculture biologique soit respectée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le travail dans le chai est non interventionniste, comme il dit « je laisse faire la nature en vinification », mais en veillant à ce que cela se produise dans l’hygiène la plus parfaite afin de ne pas intervenir en rattrapage !

Il est très compliqué de trouver les vins de ce domaine et encore moins de les déguster. C’est une chose rare !

Nous avons eu la chance que John est amoureux des Champagnes, car cela nous ouvre la porte ….

 

Vins dégustés :

Chardonnay, 2015, Charles Heintz Vineyard (Sonoma Cost ) *****

Cuvée issue d’un terroir au nord sur un sol volcanique cette parcelle de Chardonnay de plus de 30 ans dévoile un nez une grande délicatesse avec beaucoup de pureté. La bouche est tendue tel les vins d’un certain Roulot, la dégustation commence forte !!

 

 

Chardonnay, 2015, Peter Martin Ray Vineyard (Santa Cruz ) ****(*)

Ce vin est né sur un sol de schistes et argile à 1800 pieds. Au premier coup de nez on observe une plus grande profondeur dans le vins avec aussi beaucoup de minéralité. La bouche est elle aussi très minérale et aussi très salivante, très beau vin !

 

Chardonnay, 2015, Trout Gulch Vineyard (Santa Cruz) ****(*)

Ce vignoble proche de l’océan est composé d’un sol marin à dominante de sables et alluvions. Cela se traduit dans le vin par une ponte de générosité en plus avec une petite sensation de gourmandise mais le tout reste pur et frais !

 

Pinot Noir, 2015, Trout Gulch Vineyard (Santa Cruz) *****

Ce pinot vinifié à 80 % en grappes entières dévoile une grande pureté aromatique. La bouche est savoureuse avec une belle structure et une grande longueur. Un très grand vin !

 

Pinot Noir, 2015, Porter Bass Vineyard (Sonoma Coast) ****(*)

Les schistes et les grès fracturés conviennent bien au chardonnay mais aussi au Pinot Noir comme le démontre cette très belle cuvée. Les pinots cultivés en biodynamie, date d’une plantation de 2001 mais la profondeur dans le vin et déjà au rendez-vous avec une gourmandise supplémentaire, jeune vigne oblige sous ce climat chaud.

 

Pinot Noir, 2015, Elliott Vineyard (Sonoma Coast) *****

Ce pinot cultivé en biologique est né sur sols schisteux, mélangés à des sédiments marins décomposés. Cette plantation date de 1981. C’est un endroit exceptionnel pour le Pinot !

Ce vin est tout simplement magnifique au nez et envoutant ! La bouche attaque avec une grande fraicheur et beaucoup de tension minérale. Les 75 % de grappes entières démontrent une fois de plus que sur des climat chaud cet équilibre est fortement intéressant.

 

 

Domaine Chamboulé



François Morissette (du domaine Pearl Morissette en Ontario, Canada), qui connaît un succès mondial avec ses cuvée du Niagara, se lance dans un nouveau projet : le domaine Chamboulé dans la vallée de Sonoma. La philosophie, malgré la distance, demeure la même : des vins uniques à chaque millésime résultant d'un travail à la vigne dans le plus grand respect de la nature. François c’est associé à un exceptionnel vigneron de la région de Sonoma qui est Matt Taylor. Ici, pas de chichis, pas d’irrigation, et on recherche que les parcelles exceptionnelles du coin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vins dégustés sur fûts étaient totalement déroutants, aucune sensation de vin sudiste et l’impression d’être sur notre continent tant la fraîcheur de ces deniers (autant les blancs que les rouges) étaient de niveau limite ligérien.

 

Les premières cuvées du domaine étaient disponibles courant de l'année 2017.

 

Ce voyage a suscité en moi beaucoup de joie, de plaisir, d’émotions et aussi de frustration concernant ces régions viticoles et surtout ces rencontres avec ces vignerons.

De joie et de plaisir pour ces magnifiques endroits et ces beaux de terroirs dégustés.

De l’émotion avec la rencontre de vignerons passionnés et sincères, qui relèvent des challenges importants.

De la frustration que la grande majorité des vins dégustés ne sont pas importé en France !

Donc, j’ai décidé de rentrer en 2018 mes coups de cœur de ce voyage afin de vous faire découvrir la grande diversité de ces magnifiques vins, non accessibles à ce jour.

Seront disponible environ 15 cuvées sur 5 domaines, ne louper donc pas les nouvelles srentrées de 2018 !!!

 

Viniquement,

Fabrice

 

Friday
Jul312015

Solstice en Alsace

Quelle belle région l’Alsace! Autant pour les paysages, l’architecture, les traditions culinaires et bien sûr, le vin!! Une région bien particulière où, les cépages sont à l’honneur dans la traditionnelle bouteille alsacienne. Riesling, gewurztraminer, pinot noir, vins secs, vendanges tardives ou crémants, une large palette aromatique, 52 grands crus, des vins de plaine... franchement, tous et chacun peut trouver son bonheur.



Pour le solstice d’été, son 40 ème anniversaire et la crémaillère de son nouveau chai, Christian Binner a fait une grande fête! Après deux mois de boulot fantastique pour le millésime 2014 avec Christian, c’était une escapade obligatoire pour offrir mes voeux de bonheur et santé !

Le domaine Binner est une affaire de famille depuis plusieurs génération car d’après les recherches effectuées, les Binner sont vignerons récoltants à Ammerschwihr depuis 1770. Toute la famille participe, madame Binner mère, Monique, fait encore les vendanges et surveille les opérations de très près, rien ne lui échappe. Monsieur Binner père, Joseph, est prêt à tout chaque matin à l’aube et distille toujours les eaux de vie avec plaisir. La charmante soeur de Christian, Béatrice, vous reçoit au vignoble pour la dégustation et s’occupe du travail de bureau.




papa Binner et flams.jpg





Le domaine est certifié bio et biodynamique et, surtout, depuis toujours, les Binner pratique une viticulture paysanne.

Aujourd’hui, 11 hectares de vignes âgées entre une trentaine d’années et dont certaines  ont plus de 70 ans. Des sols granitiques, plus ou moins sableux et des sols loessiques (calcaires éoliens de grande qualité) font partis du terroir. Des rendements autour de 45 hl/ha en moyenne. Pour les vinifications, c’est bien simple, jus de raisins fermenté! non sérieusement, c’est un peu plus compliqué mais toujours naturelle, sans intrant. Propreté et patience, beaucoup de travail dans la vigne, des vieux foudres...

C’est toujours un plaisir de boire les vins de Christian , surtout en bonne compagnie. Des vins digestes, où le terroir domine.

 

pigeage.jpgammerschwihr.jpg