Saturday
Jul062013

Vignoble de l'Ontario (Canada) Juin 2013

 

Voici quelques-unes de mes découvertes lors de mon dernier voyage viticole en juin 2013. 

 

Ce dernier m’a transporté au Canada, plus exactement en Ontario, vignoble de Niagara, célèbre dans le monde entier pour ses chutes d’eau. Ce vignoble est situé à 700 kilomètres à l’Ouest de Montréal proche de la frontière Américaine. Il est vrai que le Canada évoque plus le cidre de glace que le vin ! Mais cela change doucement et très favorablement.

 

 

 

La vigne en Ontario existe depuis environ 90 ans, mais elle n’a jamais fait coulée beaucoup d’encre des journalistes viticoles et encore moins coulée de vin dans les verres des amateurs. Pour la défense des journalistes et des amateurs, il est aussi vrai que les vins produits dans cette région n’étaient pas d’un très grand intérêt gustatif, mais plutôt d’une motivation économique pour combler les désires des nombreux touristes qui viennent dans la région pour les fameuses Chutes de Niagara.

Cette page est bien tournée maintenant. Depuis environ 10 ans, le vignoble c’est doté d’exploitations qui tirent la qualité vers le haut et innovent en matière de viticulture. Quelques vignerons souhaitent aussi découvrir les typicités des différents terroirs qui les entourent.

 

Une des plus grandes particularités du vignoble Ontarien est la  grandeur du lac Ontario qui tempère les vents et limitent les températures glaciales. Moins affectées par le froid, les vignes permettent aux raisins de mûrir plus longuement. On retrouve ce phénomène dans le vignoble de Central Otago en Nouvelle Zélande.

Grâce à ce micro climat unique, les vignerons ontariens utilisent les mêmes variétés de vignes comme les grands vignobles tempérés de la planète: La France, l’Italie, l’Espagne…

 

Les vignes hybrides ne sont pratiquement plus exploitées dans la région contrairement au vignoble québécois qui, qualitativement, est maintenant totalement dépassé.

Les sols dans la région sont argilo-sableux le plus souvent, mais on rencontre aussi des galets roulés qui ressemblent fortement au sol bordelais de la région des Graves. Ceci explique peut-être la qualité des cabernets qui sont remarquables sur ce type de sol. Il y a aussi un peu de sol calcaire mais beaucoup de limons. L’altitude ne dépasse pas les 350 mètres.

Aujourd’hui, le vignoble représente 27 500 acres soit environ 11 128 hectares (1 hectare = 2,47 acres) pour 476 wineries et 1300 vignerons.

Carte du Vignoble de Niagara près du Lac Ontario qui s’étend sur 18 760 Km2 !

 

Stratus winery

Ce domaine est assis sur 62 acres près de la frontière sud-est du Lakeshore Niagara. Il partage les avantages de la région avec ses voisins, tout en profitant des avantages qui sont uniquement le sien. Le vignoble est assez loin de l'influence modératrice du lac Ontario. Ici on croise des cépages qui ont besoin de températures plus chaudes.

 

Onze variétés de rouge et sept de blanc en Vitis vinifera.

 

 

Ici au le matériel agricole fonctionne sur bio-diesel, et le vignoble est 100% sans herbicide.

 

 

Jean-Laurent Groux le vinificateur vient de la Loire plus exactement de Chinon. Le matériel mis à sa disposition pour la vinification et l’élaboration des vins ferait pâlir de nombreux vignerons français car ici tout ce qui ce fait en matériel de vinifications respectueux de la matière est présent dans les chais high-tech !

 

 

 

 

 

 

Tout la conception du chai a été réalisé afin qu’aucunes manipulations soient faites avec pontage, donc tout est par gravité jusqu’aux pressoirs sur plateformes à vérins.

Après le tri, les raisins et les jus tombent naturellement de l'étage supérieur vers les cuves de fermentations. Après une macération prolongée de 3 à 4 semaines, les vins passent en barriques où ils séjourneront deux années en fûts de chêne français. Winemaker de l'année en Ontario J.L Groux applique alors l'art de l'assemblage, mêlant habilement le meilleur des barriques dans le but de créer des expressions complexes et élégantes afin de représenter le millésime.

 

 

Vins dégustés :

Stratus Blanc 2009 **(*)

Cuvée issue de 33 % se sémillon, 30 % sauvignon blanc, 18 % de chardonnay 16 % de Gewurztraminer et 3 % de viognier.

Le vin laisse apparaître une robe doré avec beaucoup de gras. Le nez exprime des notes de boisé toasté avec des fruits exotiques laissant une impression d’opulence. La bouche est riche en attaque sur des notes de fruits exotiques et de vanille. Cette dégustation laisse une impression de lourdeur et un grand manque de fraîcheur.

 

Stratus Riesling Réserve 2008 *****

La couleur de ce vin me rappel certain riesling allemand avec un reflet vert et un cristallin important.

Le nez déploie des notes d’herbes fraîches de type fougère avec une belle verticalité sur des notes de citrons confits. La bouche est délicate et construite sur une belle structure minérale délivrant beaucoup de sapidité.

Un très beau vin tendu et suave.

 

 

Stratus Rouge 2009 ***

Assemblage de 42 % de cabernet francs, 22 % cabernet sauvignon, 18 % de syrah, 13 % de petit verdot et 5% de tannat.

Le vin démontre une belle couleur dans la profondeur avec de beaux reflets brillants. Le nez est assez gourmand sur des notes de fruits rouges de grandes maturités. La bouche est suave en attaque

 

Stratus Syrah 2010 ****(*)

Couleur sombre de belle densité.

Le nez laisse entrevoir une belle fraîcheur avec des notes de poivres noirs et de violettes. La bouche est construite sur une très belle suavité tendue par une acidité bien présente. L’ensemble donne au final une grande digestibilité au vin.

 

Stratus Icewine Riesling 2008 *****

Couleur magnifique sur un or orangé avec une brillance éclatante.

Le nez est d’une grande concentration sur le coing et la datte mais étincellent par sa fraîcheur. La bouche est d’une sapidité extrême en attaque, puis laisse apparaître une palette de fruits blancs confits et envoutantes. La finale de ce vin est délicate et toujours sur la fraîcheur.

Magnifique vin !

 

 

Domaine Henry of Pelham

 

Voici un domaine créé en 1989, où 170 acres de vignes sont cultivées depuis 2004 par la famille Speck. Ici, 65 % des raisins proviennent des vignobles de Short Hills Bench. Les autres 35 % sont issus de petits vignobles familiaux des autres meilleures sous-appellations de la Péninsule Niagara. 

Les vins de ce domaine sont élaborés dans un style plutôt classique avec une approche œnologique assez moderne qui ne laisse que très peu de place à de réelle expression terroirs pour la grande majorité de la gamme.

 

Vins dégustés :

Riesling 2011 ***

Couleur verdâtre avec une belle brillance.

Nez pétrolé avec une belle fraîcheur. Bouche dirigé par une acidité mordante plutôt citrique.

 

Riesling Cuvée Réserve 2008 ****

Nous voilà encore rien qu’au regard sur la couleur d’un riesling Allemand.

Le nez de démenti pas, tout est présent, verticalité et notre légèrement pétrolée, mêlée à du citron confit. La bouche est délicate et pointue sur de belles notes de fleurs blanches. Belles expression minéral !

 

 

Chardonnay 2011 **

Vin aussi lourd au nez que à la mise en bouche, du gras de l’opulence mais aucune fraîcheur.

 

Chardonnay Réserve 2011 *

Même combat mais avec des notes de boisé désagréable !

 

 

 

 

 

Pinot Noir 2009 Réserve **

Le nez laisse entrevoir des notes de verdure et un manque de matière.

La bouche confirme le nez, ce vin manque d’assise et surtout de structure.

 

Cabernet/merlot Réserve 2010 **(*)

La matière sur ce vin est belle et la maturité du cabernet très délicate et digeste, mais un bois trop imposant dessèche le vin, dommage !

 

Baco Noir cuvée classic 2011 ****

Voici un cépage cousin du baco blanc que l’on trouve dans le Sud-Ouest de la France, mais interdit en France car faisant partie des cépages teinturiers. La couleur de ce vin est foncée et dense. Le nez dévoile une explosion de fruits rouges compotés, mais avec beaucoup de fraîcheur. La bouche est très gourmande et suave mais aussi digeste. Une réelle découverte et un petit coup de cœur !

 

Baco Noir cuvée Réserve 2011 **(*)

Après un beau vin maîtrisé, ici, le boisé excessif apporté dans cette cuvée réserve retire toute l’élégance et la suavité du vin. 

 

Après avoir dégusté environ 80 vins de la région sur trois jours et beaucoup de cépages différents j’étais arrivé au constat que cette région était très intéressante pour le Riesling, les cabernet, la syrah et aussi le baco noir, mais j’étais assez réticent pour le pinot noir et aussi pour le chardonnay. Opinion obsolète depuis mon passage au domaine Pearl Morissette !

 

Domaine Pearl Morissette 

 

Voici une magnifique rencontre avec François Morissette le vigneron vinificateur de ce domaine. François gère le domaine viticole et élabore les vins tandis que son associé Mr Pearl gère la partie financière.

Ce domaine n’est pas encore connu par les amateurs européens, car il n’a organisé aucune dégustation en Europe. Chose qui devrait être faite en octobre par nos soins …!

 

 

 

 

Les Techniques utilisés ici pour la viticulture sont dans le plus grand respect de la biologie, mais aussi dans la biodiversité. En effet le domaine est dans une ferme

ou l’on côtoie de magnifique animaux dans des près qui leurs sont dédiés. Ici tout est réfléchi et au finale ressemble au jardin d’Eden. Pour ce qui est de la vinification et de l’élevage des vins, François a travailler une petite dizaine d’année en France et a vinifié dans des domaines comme Roulot à Meursault et Frédéric Mugnier à Chambolle-Musigny. Inutile de vous dire qu’ici on ne cherche pas la couleur et la concentration, mais plutôt l’élégance et la finesse des cépages, accompagné par la structure des terroirs.

 

 

 

Pour ce qui est de la viticulture le domaine est composé de Riesling, Chardonnay, pinot Noir et  Cabernet franc. Plusieurs parcelles sur des terroirs et des expositions différentes sont répertoriés. Le plus contraignant pour François et que dans cette région la viticulture qualitative n’existe que depuis une petite dizaine d’années et donc les vignes sont un peu trop jeunes pour exprimer la quintessence des terroirs.

 

 

 

Concernant la vinification c’est très différent car François à  beaucoup voyager et c’est construit un parc d’outils les mieux adaptés pour vinifier avec précision les beaux raisins issue de ces belles vignes en plaines adolescences. Ici on essais tout. Le domaine cherche et cherchera toujours la perfection dans la définition des vins. C’est pourquoi comme vous pouvez le constater sur les photos des Fûts français sont utilisés, des foudres alsaciens, des cuves inox, des œufs béton et même des fûts en inox ! 

 

 

 

 

Vins dégustés :

Riesling 2012 ++++ (sur foudre)

Le démontre une couleur brillante avec beaucoup d’éclat pour un vin en foudre à cette époque. Le nez est très net et déplie un côté tendu et aérien. La bouche est fraîche en attaque et démontre une trame acide de belle qualité avec une longueur importante sans lourdeur.

 

Riesling 2010 +++++ ( 68 caisses en productions)

La couleur de ce vin n’est pas sans me faire rappeler une fois de plus les vins Allemands dans leurs reflets brillants légèrement verdâtres. Une grande verticalité sur des notes de citrons verts s’exprime de ce vin. La bouche est de belle tenue, incorporant une matière dense mais dessinée par une structure minérale stricte. Très beaux vin !

 

Riesling 2011 ++++

Nez plus complexe sur les fruits blancs mais aussi plus riche

Laissant entrevoir une sur-maturité dû au millésime un peu torride dans cette région en 2010. Le vin en bouche se tient tout de même très bien par sa minéralité précise et vive, un vin qui accompagnera parfaitement des crevettes aux épices.

 

Chardonnay 2011 ++++

 Couleur brillante et sans aucune trace d’oxydation dû à la sur-maturité. Le nez est délicat et tendu par un beau minéral. La bouche livre une attaque franche sans aucune lourdeur et respectant totalement le cépage et son sol. Premier Chardonnay de qualité rencontré dans mon séjour !

 

Chardonnay 2009 +++++

Voici u magnifique chardonnay pouvant rivaliser avec les plus beaux de la côte de Beaune dans un style entre puligny- Montrachet par son côté aérien et Meursault par sa structure.

La bouche de ce vin est de grande profondeur mais aussi d’une réelle tension laissant le vin délicat et d’une grande finesse. A découvrir !

 

Pinot Noir 2012 ++++ (sur fût)

A la couleur et au nez de ce vin, nous voyageons 6000 km de l’autre côté de l’atlantique en côte de Beaune ! Le vin pinote dans sa plus elle et libre expression. La finesse est présente au nez comme en bouche, sur des arômes de fruits à noyaux, la longueur est belle et suave. Remarquable Pinot Noir!

 

Pinot Noir 2011 ++++(+)

Couleur soutenue mais brillante dans les reflets. Nez sur des notes de cerises noirs. La bouche est d’une grande tension mais développant une suavité importante par la matière dense mais délicate. Très belle bouteille !

 

Cabernet Francs 2010 +++++ (672 caisses en production)

J’avais remarqué lors de mon séjour que les cabernets développés de très beaux potentiels dans cette région mais je n’avais pas encore rencontré un tel niveau de finesse et de complexité.

La couleur de ce vin est d’une extrême profondeur dans l’opacité, mais reste brillante et vive. Le nez déploie des notes de fruits rouges de type mûres et cerises écrasées relevées par une pointe de truffe tonifiant le vin. L’attaque en bouche ce fait sur une texture suave et envoutante. Les arômes sont multiples et l’équilibre du vin remarquable. Gros coup de cœur !

 

 Fabrice Parisot

Wednesday
Jan302013

Rencontre Jura 2013

 

 

 


Me voici de retour d'une semaine de vacances en famille dans la région du Jura près d'Arbois.

 


Vacances entre guillemets car mon épouse
n'est pas trop de cette avis avec une visite par jour parfois 2 dans différents domaines.....

 

Tout d'abord les vins du Jura en quelques mots.

Ce vignoble représente actuellement un peu plus de 1800 ha à une altitude de 200 à 400 m et fait partie des plus petits vignobles de France. Il est important de savoir que sur cette surface 250 ha sont en culture biologique, ce qui représente une surface très importante et un modèle dont devraient s'inspirer beaucoup de régions viticoles car le climat ici est assez rude et complexe pour la culture de la vigne.

J'aime beaucoup cette région viticole et leurs vignerons. J'ai tout simplement l'impression que le temps ici s'est arrêté il y a un siècle et que la viticulture moderne n'est pas passée ici. Les paysages sont à l'image des vignerons et de leurs vignoble authentique et sans artifice.

 

 

 

 

J'ai toujours beaucoup défendu les vins du Jura en valorisant leurs vins avec pas moins de 30 à 40  références et toujours 6 à 7 producteurs en magasin. Je suis revenu cette fois encore plus motivé que jamais après les magnifiques vins que j'ai dégusté. C'est pourquoi 30 nouvelles références sur 5 producteurs seront présentes dans les prochains jours.

Voici quelques photos et résumés de certaines de mes dégustations.

 

 

 

 

La découverte !

Domaine Amélie Guillot à Molamboz.

Amélie Guillot, œnologue de formation, s'est installée dans ce petit village de 80 habitants il y a plus d'une dizaine d'années.

Le domaine compte actuellement un peu plus de 2,5 ha, Notamment une très belle parcelle de vieilles vignes de savagnin reprise à Maurice Chassot un monsieur de 90 ans aujourd’hui qui a arrêté son activité en 1990. Ce domaine était très réputé pour les vins jaunes.

 

 

 

L’ensemble du domaine est composé de belles parcelles de vignes plutôt assez âgées, ce qui permet en dégustant les vins d’entrevoir de belles structures.

 

 

Amélie travaille la vigne sans produit systémique et s’oriente de plus en plus vers une agriculture biologique. Le travail à la cave est non interventionniste. Elle élève les vins dans des fûts bourguignons de 3 à 4 vins sans ajout de SO2. Aucun levurage et pas de filtration, juste un élevage sur lies fines et un léger sulfitage à la mise en bouteille.

 

 

 

 

 

 

Les vins de ce domaine méritent réellement le détour, premièrement car Amélie est une femme charmante et aussi parce que les vins sont vraiment très bons ! La finesse l’emporte sur l’ensemble de la gamme, des vins d’une grande buvabilité.

 

 

 

 

Notes de dégustations des différents vins du domaine. ( notes sur *****)

 

Poulsard Vieilles Vignes 2010 ***°


Ce vin se distingue par une robe de couleur ambrée typique de ce cépage.
Le nez montre beaucoup de finesse sur des arômes de pétales de roses fanées et de petites cerises. La bouche est suave en attaque, légèrement acidulée avec des notes de sous-bois.
Le vin idéal pour les premiers barbecues du printemps !

 

Trousseau Tartot 2011 ****


Couleur légèrement pourpre un peu tuilé.
Des odeurs de tabac de type cigare et des notes de fraises s’expriment au nez. La bouche est délicate et d’une grande digestibilité sur des arômes de fruits rouges acidulés.
Accompagnez ce vin de charcuterie ou même d’un saumon grillé.


Trousseau Vieilles vignes 2010 ***


La couleur de ce vin est plus soutenue mais avec toujours autant de beaux reflets ambrés.
L’aromatique est cette fois sur des notes de fruits rouges et de prunes à l’eau de vie. La bouche laisse apparaître une structure plus tannique avec une pointe de gourmandise en finale accompagnée d’épice.
L’accord sera parfait sur un pigeon ou sur une volaille au four.


 

Chardonnay Vieilles Vignes 2010 ****

Magnifique couleur avec un reflet vieil or.
Le nez très expressif exhale des notes de fruits exotiques mais sans aucune lourdeur, laissant entrevoir beaucoup de finesse avec une légère oxydation apportant toute la complexité. La bouche est gourmande en attaque avec un gras important sur des pointes de truffes blanches et d’épices.
Bel accord avec des poissons et viandes blanches.
 

Savagnin Vieilles vignes 2007  ****

Brillante et étincelante sont les deux mots qui nomment la robe de ce vin.
Le nez libère des notes d’épices de type curry et d’amande douce. La bouche est complexe en attaque et d’une grande longueur avec une belle note de pomme verte et de poivre blanc. Pour sortir des classiques je vous propose pour ce vin des gambas au curry.

 

Vin Jaune 2006 *****

La robe de ce vin est soutenue et marquée par de beaux ambrés.
Le nez est d’une remarquable profondeur alliant les épices et la noix.
La bouche démontre une grande structure sur des notes de raisins secs et de curry. Beaucoup de complexité aromatique dans ce vin et une longueur qui n’en finit pas !
La poularde au vin jaune pour ce vin est parfaite mais le homard aux épices serait le must !
 

Macvin Rosé ***°

Ce « vin » dévoile au nez des notes de raisins frais mais aussi des notes de cuir. La bouche est gourmande accompagnée d’une belle sucrosité sans aucune agression de l’alcool.
Bel accord sur une tarte tatin.

 

 ____________________________________________________________

 

Domaine Jacques Puffeney dis le PUFF !


 

Je ne vais pas vous présenter ce magnifique domaine de Montigny les Arsures nommé par les vignerons de cette région comme le Pape du Vin Jaune ! Mais voici un petit récapitulatif concernant ce domaine pour celui qui le découvre actuellement.

Jacques Puffeney est à la tête d’un domaine depuis maintenant plus de 55 vendanges, le vignoble est composé de 5 ha . Les cépages cultivés sont le Poulsard, le Pinot noir, le Trousseau, le Chardonnay et le Savagnin.

 

 

 

Jacques est un personnage très attachant et d’une grande simplicité attaché aux traditions locales et vivant en harmonie avec la nature qui l’entoure.

 

Le domaine travaille en méthode on ne peut plus traditionnelle pour cette région viticole.

Tout d’abord à la vigne, travail des sols, ici pas de désherbant et pas de systémique.

A la cave le travail se fait en vieux foudre de 38 hl d’environ 40 ans de moyenne comme vous pouvez le voir sur les photos.

Les vins du domaine qu’ils soient : blanc ouillé ou naturé voire même rouges déploient tous cette même élégance et surtout profondeur. Les couleurs sont brillantes et limpides et les nez d’une grande précision aromatique.

Voici quelques notes de ma dégustation prise le 25 Janvier 2013.

 

Poulsard 2011 ****

Il y en a qui trouvent ce cépage sans aucun intérêt, je vous avoue que je ne comprends pas pourquoi, moi je l’adore ! Il est vrai que ceux qui recherchent la couleur et la sucrosité peuvent passer leur chemin, ici c’est finesse et digestibilité. Mais attention ce cépage qui paraît mort dans le tonneau par sa couleur claire donne après quelques années de vieillissement des vins beaucoup plus concentrés et complexes avec même une structure tannique rivalisant avec de beaux gibiers, comme une bécasse…

Pour ce qui est de cette cuvée en 2011 le vin se montre sous des notes de pétales de roses avec une pointe de fraise des bois. La bouche de belle vivacité et de bonne structure laisse envisager un beau vin de garde pour 8 à 10 ans. Actuellement ce vin serait parfait sur un pigeon.

Poulsard 2003 *****

Jacques vient de ressortir un 2003 à la vente qui demander un peu de temps suite à une année complexe en maturité.

Le nez me transporte en Bourgogne, le vin pinote et ce n’est pas rare avec des vieux Jura rouge.

Le début de bouche est suave en attaque et libère au bout de quelques secondes une structure de vin du Rhône lui procurant une persistance magnifique sur des notes de fruits noirs. Epoustouflant !

Trousseau cuvée les Bérangères 2011 *****

La couleur de ce vin est assez impressionnante car noir encre ce qui est rare avec ce cépage. De superbes notes de terre humide et de fruits noirs donne à ce vin un côté sudiste. La bouche est harmonieuse et minérale à la foie. Superbe bouteille !

 

Chardonnay ouillé 2011 ****

Nez élégant avec des pointes de fruits blancs confits style pêche. La bouche laisse entrevoir une grande complexité aromatique dès le départ mais aussi une très belle digestibilité.

Cuvée Sacha ****°

Ce vin est non millésimé car issu d’un assemblage de chardonnay 2011, de savagnin 2008 et de savagnin 2009. Le vin paraît envoûtant à la première approche sur des notes d’épices. La bouche dévoile un vin de caractère avec une certaine puissance mais beaucoup de salinité.

J’adore !

Savagnin 2009 *****

Cette cuvée de savagnin a subit un élevage sous voile de 3 ans et et contient 340 mg  d'Ethanal ( l'éthanal avec la molécule de sotolon participent aux arômes de noix ou de curry). Sachez que pour avoir l’AOC Vin Jaune les vins doivent avoir au minimum 250 mg par litre, une bêtise selon les grands vignerons car cela n’est pas assez important pour marquer les vins de leurs caractères authentiques. Des vignerons comme Aviet, Gahier, Overnoy ou encore Puffeney font des Jaunes entre 500 et 750 mg par litre.

Donc pour revenir à cette cuvée 2009….cette dernière est marquée par une belle typicité oxydative mais très aérienne. La bouche est d’une grande tension minérale avec une complexité aromatique passant de la pomme verte aux épices douces. Magnifique bouteille.

 

Vin Jaune 2005 ***** (Cave sèche)

Que dire de ce vin, si ce n’est qu’il me rappelle mon plus beau souvenir de jaune un 1989 de Pierre Overnoy !

Le nez est d’une profondeur abyssale et envoutante qui mêle les épices aux notes de miels et de raisins secs (500 mg d'éthanal par litre). La bouche emboite le pas avec le safran et le rhum le tout dominé par une suavité qui nous emporte je ne sais où …bref que du bonheur, merci le PUFF !

 

_______________________________________________________

 

Domaine Camille Loye

Quand je vous disais que dans cette région le passé n’est jamais parti et voire même anime le présent.

Il n’y a pas de plus belle rencontre possible pour rendre réelle cette phrase écrite ci-dessus que ce rendez-vous d’un matin d’hiver avec Madame et Monsieur Loye.

Pour la petite histoire, ce domaine n’existe plus ou tout du moins ne produit plus depuis 1990, dernier millésime du domaine. Monsieur Loye, du haut de ses 92 ans, nous donne une leçon de modestie en même temps qu’une leçon d’histoire de la région et de la viticulture dans le siècle dernier.

Ici pas de savagnin et pas de vins naturés, quand je lui demande pourquoi, il me répond : " Moi j’ai eu le chardonnay et le trousseau et ma sœur le poulsard et le savagnin ! "

 

 

La particularité de Monsieur Loye a toujours été de faire vieillir ses trousseaux avant la mise en vente des vins afin de leur permettre de développer tout leur potentiel. Et aussi de se faire une petite réserve de vieux vin pour la retraite….un peu de beurre dans les épinards comme il dit ! mais aujourd’hui, comme vous pouvez le constater sur les photos, les stocks sont pratiquement terminés et d’ici quelques mois je pense qu’il n'y aura plus de vin en vente. Ce domaine faisait également de très beaux chardonnays les derniers millésimes dégustés étaient 88, 87, 85 et je me souviens que c’était magnifique.

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour mon plus grand plaisir j’ai réussi à avoir une petite allocation de Monsieur Loye sur les
 millésimes suivants avant que cette page des vieux vins d’Arbois se tourne à jamais.

 

Les vinifications se faisaient on ne peut plus traditionnellement en vieux tonneau de 220 litres en levures indigènes avec un léger méchage des tonneaux avant l’arrivée de la vendange. Tout au long de l’élevage, il n'y avait pas de soutirage pas d’ajout de SO2, rien jusqu’à la mise en bouteille qui, elle aussi, était faite sans soufre. Les rendements étaient d’environ 40 hl / ha sur une propriété de 6 ha.

 

Trousseau Cuvée St Paul 1990 ***°


Couleur orangée avec une belle consistance et de beaux reflets.Le nez domine par des notes de fruits rouges macérés dans l’alcool, avec une note d’humus. La bouche est de grande puissance avec une structure tannique encore bien présente mais une très belle aromatique sur des notes de truffes. "Trop jeune" me dit Monsieur Loye !

 

Trousseau Cuvée St Paul 1989 ****

La couleur est plus soutenue avec des reflets brillants sans être ambré. Le nez montre plus de puissance et de finesse avec  une certaine gourmandise. La bouche confirme une belle onctuosité et une belle fraîcheur dans ce vin sur des notes de cerises, de prunes, très belle bouteille.

 

 

 

 

Trousseau Cuvée St Paul 1988 *****


La couleur de ce vin est impressionnante  par sa profondeur et son côté étincelant. Au nez, une des notes de fruits rouge de type mûre et groseille fraichement écrasées et une finesse incroyable. La bouche livre la même sensation : un vin jeune suave et gourmand avec une complexité digne d’un Hermitage de 20 ans. Incroyable ! Je savais que les rouges du Jura étaient magnifiques au vieillissement mais ce 88 est absolument extraordinaire !

 

Trousseau Cuvée St Paul 1987 *****

Au nez je sens une petite oxydation mais la bouche est délicate et complexe, j’en fais part à Monsieur Loye, et il me répond, c’est possible il est ouvert depuis 1 semaine … ! C’est incroyable la qualité de ces vins au vieillissement.

La nouvelle bouteille ouverte est totalement différente. Le nez est sur les fruits noirs et des notes de truffe se mêlent afin de donner une aromatique envoûtante. La bouche est magnifique en attaque, délicate et suave avec une superbe longueur. Le vin pinote tel un grand Bourgogne de la Côte de Nuits. Jamais je n’ai goûté un 87 de ce niveau !

Merci Madame et Monsieur Loye pour ce magnifique voyage au pays des vieux vins d'Arbois.

 

_________________________________________________________

 

Domaine Lucien et Vincent Aviet (Caveau de Bacchus) 


Je me souviens il y a quelques années, j’avais fait une très belle dégustation au domaine et j’ai ouvert récemment quelques vins de ma cave qui avaient vraiment bien évolué .

 

Ce petit domaine est basé à Montigny les Arsures, Lucien le père a passé la main au fils Vincent depuis maintenant quelques années, mais Lucien est toujours dans la cave et veille aux foudres !

 

 

Le domaine n’est pas en biologique mais le travail des sols existe depuis plusieurs générations et le patrimoine des vignes est âgé. La vinification est faite en foudre à l’ancienne sans levurage. Les vins subissent un long et lent élevage sur lies fines où il vont puiser leurs structure pour la garde.

 

Vins dégustés :

Trousseau Cuvée des Géologues 2010 ****°

J’aime beaucoup les rouges de ce domaine surtout leur trousseau.

Pour ce 2010 la couleur est noir encre avec une matière soutenue. Le nez développe des notes de fruits noirs frais et un côté très aérien sur l’élégance. La bouche est délicate mais démontre en milieu une structure importante fondue dans un vin satiné et à la fois gourmand. Vite une bécasse !

 

Trousseau Cuvée des Géologues 2002*****


J’aime beaucoup les vignerons qui ne rangent pas toujours leur cave car parfois ils tombent
sur des vins oubliés, comme ce superbe 2002 !

La couleur est soutenue, légèrement tuilée sur les bords. Le nez libère des notes de fleurs sèches et de feuilles mortes mais avec en fond une pointe de sucrosité  très gourmande. La bouche est d’une digestibilité digne d’un Chambolle issu d’un beau millésime, avec une aromatique pleine de fruits frais. A ne pas rater !

 

Arbois blanc Meulon à Rouge Queue cuvée des Docteurs 2010 ****

Le Melon à Queue Rouge est une variété de Chardonnay dans le Jura. Ce vin élevé avec ouillage sur lies fines pendant plus d’un an avant la mise en bouteille.


Le nez déploie des notes d’agrumes fraîches avec une belle verticalité et finesse. La bouche est délicate et de grande structure minérale sans aucune lourdeur dirigée par une belle sapidité. Très beau vin !

 

Arbois blanc Savagnin cuvée Réserve du caveau 2009 ****

Ce savagnin sous voile développe un nez magnifique sur le curry, la noix verte et la pomme. La bouche est délicate en attaque et prend un volume important en milieu de dégustation laissant place à une très belle longueur sur les notes de poivre blanc. Superbe savagnin naturé.

 

 

 

Vin Jaune 2003 *****

Voici un magnifique Vin Jaune comme je les aime : plus de 8 années en fûts en cave demie sèche et développant plus de 600 mg par litre d'éthanal. Le nez explose sur des note de fruits secs ré-humidifiés dans un rhum ambré et boostés par une note de cannelle et de clous de girofle. La bouche somptueuse est d’une matière énorme sans jamais être lourde et monolithique mais d’une grande élégance et une sapidité. Je rêve de déguster ce vin sur un cigare de type Partagas Lusitania.

 

 

 

 

Monday
Mar262012

Rencontre avec Bernard Van Berg à Meursault

Pour beaucoup d’entre vous ce domaine reste mal connu voir inconnu. C’était mon cas encore il y a quelques semaines avant qu’un ami me parle de quelques flacons dégustés dans un restaurant. Après quelques recherches sur ce domaine l’envie me vint de téléphoner afin d’avoir un rendez-vous au domaine pour percer le mystère des vins de Bernard Van Berg.

 

 

 

 

Avant d’être vigneron, Bernard Van Berg, Belge d’origine, était photographe de grande renommée internationale. Il a vécu 50 ans à Bruxelles et a voyagé a travers le monde afin de prendre les plus beaux clichés de scènes humaines. Il était avant tout un passionné, un passionné de vin avec un grand V. Sa passion du vin l’a toujours poussé a rechercher la libre expression du terroir sans aucun masquant, comme des vinifications abusives ou des sols maltraités. Cette vision le poussa un jour à franchir le pas afin d’essayer d’élaborer le vin qu'il aurait aimé déguster.

 

 

 

 

L’aventure commence il y a dix ans quand Bernard Van Berg réussit a acquérir quelques parcelles en Bourgogne. Pour Monsieur Van Berg les parcelles de vignes doivent être en dehors des parcelles cultivées en agriculture raisonnée ou conventionnelle et surtout entourées de friches afin de préserver une faune et une flore permettant de garder un écosystème autorégulateur et ainsi d’éviter insecticides, herbicides et toute intervention abusive. Il est évident qu’avec cette philosophie, les parcelles en appellations premiers crus de renommée sont introuvables car elles sont enclavées de mille et une vignes autour. Le choix revient donc d’aller dans les appellations génériques comme les bas de coteaux et sur la plaine de Meursault où la vigne côtoie les friches.

 

 

 

 

A ce jour le domaine est composé de huit parcelles allant de Meursault à Rully pour une totalité de deux hectares. Chaque parcelle représente un méso climat et a sa propre régulation naturelle. Le domaine est travaillé sans intervention mécanique, pas moins de quatre personnes travaillent sur cette exploitation où tous font un travail de jardinier. Le système de taille est tenu en gobelet pour la majorité avec deux coursons de deux yeux chacun, ce qui représentera après ébourgeonnage une charge de deux à trois grappe par cep, expliquant les rendements entre cinq et douze hectolitre/hectare pour le domaine. La production est de mille deux cent bouteilles par an en moyenne.

 

 

 

Vous comprendrez que cet artisan-vigneron élabore ses vins sans aucune limite dans la quête de l’expression la plus pure des terroirs. Ce qui explique un coût de production très important. Huit cuvées sont élaborées selon les années en blanc, rouge et rosé et même des vins de voile : un rosé et un blanc, élevés dans des fûts de 28 litres. Inutile de vous dire que les quantités sur ce domaine sont extrêmement faibles, voir inaccessibles, car Bernard Van Berg ne fait aucune démarche commerciale, ne reçoit pas de particuliers au domaine, ne fait aucune visite aux professionnels, cavistes ou restaurateurs. Son commerce se fait juste par le bouche-à-oreille, comme ce fût le cas pour moi-même. Mais ses vins trouvent leur place sur les plus grandes tables de restaurants comme Le Géranium au Danemark (Bocuse d’or), où un de ses vins est le plus cher de la carte, dépassant les vins du domaine Leroy.

 

Les vins de Bernard Van Berg peuvent créer la polémique sur la politique de prix pratiquée car tous les vins sont déclassés en Bourgogne Grand Ordinaire. Mais ayant dégusté ses vins, du blanc en passant par le rouge et terminant avec le vin sous voile, je peux vous affirmer que toute la gamme de ses vins expriment une liberté aromatique et une digestibilité comme rarement rencontrées en Bourgogne avec une profondeur et une énergie digne des vins de Laloux-Bize Leroy… Les rouges expriment une verticalité minérale soutenue par un fruit croquant et soyeux, laissant place à une interminable suavité. Pour ce qui est du vin de voile, jamais je n’ai rencontré une telle qualité de finesse, de profondeur, de complexité, et surtout une aussi grande vivacité et digestibilité dans un vin de ce type. Imaginez le grand vin jaune 1989 de Pierre Overnoy avec une minéralité envoûtante, laissant place à tous les fantasmes organoleptiques.