Monday
Oct052009

Viste au domaine André Kientzler : Juillet 2009 

Le domaine Kientzler fait partie des rares domaines viticoles en Alsace à élaborerdes vins en recherchant un équilibre minéral sec et tendu, plutôt que des textures alliant la richesse et la sucrosité.

André kientzler parle de ses terroirs à travers ses vins en expliquant qu’il recherche toujoursla fraîcheur pour la gamme complète de tout les cépages qu’il élabore, afin de laisser libre expression de ses sols et ainsi de faire découvrir à ses clients qui ceux procurent ses vins, la pureté et la complexité de l’Alsace et de ses cépages.

Ici l’expression des sols n’est pas gommée par de faux équilibres, mais dirigé et élevé à travers l’expression des cépages qui reflète les véritables origines de ses derniers, grasse à une sapidité et une minéralité qui fait vibrer la véritable revendication des sols du domaine.

Toute la gamme des vins représente cette philosophie, du muscat au riesling grand cru en passant par la cuvée ‘’K’’ en auxérois.

Voici un domaine qui vous fera redécouvrir l’Alsace avec sa véritable expression, ainsi que la  mosaïque de sols qui constitue la richesse de cette grande région viticole aux mille expressions. 

 

Lors de notre entretien dégustation avec André Kientzler, nous avons fait un enregistrementde sa propre approche du terroir, dont voici ci-dessous la mosaïque des mots ressortant de son discours, laquelle nous rappel t-il lui propre.

Monday
Sep282009

Rencontre avec Pierre Boyer du Château Bel Air Marquis d’Aligre : Juin 2009

Ici le temps c’est arrêté au début du 20e siècle, rien à changer de la vigne aux quelques ceps préphyloxérique  qui ce promènent au milieu de parcelles plus ou moins parsemées de ceps ou des manquants de plusieurs mètres de sont pas rare, mais portant un certain témoignage d’une viticulture ou les méthode de culture et la philosophie du travail de la vigne était bien différente hier, que les vignes aujourd’hui qui entourent la propriété de monsieur Boyer .  

 

 

 

Monsieur Boyer n’élabore pas un Margaux de grande structure ou la couleur ressemble plus à une syrah que à un vin issu des cépages bordelais. Non, Pierre Boyer élabore des vins ou les couleurs ressemblent  plus à des vieux pinots et où les bouquets d’arômes exaltent leurs finesses de fleurs séchées et de sous bois des matin d’automne.

L’équilibre et l’élégance qui résultent des vins de ce domaine, prennent naissance en partie dans se chais ou les vins fermentes en vieilles cuves béton comme autrefois et ne vois que les vieux fûts de chêne après leurs fermentations pour un élevage de 3 à 4 années. Voici la méthode de Pierre Boyer, comme il le dit si bien  « mon vin je le fait dans mes vignes, ensuite l’élevage fait le reste »

 

Ici comme vous pouvez le constater les vins sont à l’image de ce labo, ils ne sont pas technique, juste des vins vivant ou la modestie l’emporte et le tout chargé d’émotion et de vérité, comme l'atteste la dégustation des millésimes suivants: 1947, 1948, 1961, 1970, 1973, 1978,1982,1985,1986,1995,1996, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002 et 2003.

Pour info sachez que tout ses millésimes sont encore disponibles en notre cave, mise à par pour le 1982 épuisé au domaine.

 

 

 

 

 

 

Pierre  au milieu de ses vignes, ou plutôt de son jardin secret ou il ne peu passer sans caresser ses ceps et leurs rendre hommage à travers chacune de ses paroles en leurs déclarant tout  l’amour et le respect qu’il  éprouve pour elles à travers chacun des regards qu’il leurs portent tel une relation avec de vraie être humains.

Sunday
Sep202009

Randonnées œnologiques en Bourgogne : Juin 2009

Petite visite dans les vignes avec madame Bardet avant la décente à la cave pour la dégustation du millésime 2007, dont une émotion particulière pour le Clos des Perrières qui fera date dans le registre des cuvées mythique pour ce domaine.

Le « petit » Clos des Perrières fort de ses 0,63 ha entourer de son clos en pierre représente un Meursault que nous comparons d’année en année de plus en plus proche de l’expression des grands cru qui son ses voisin de quelques mètre sur la même bande calcaire.

Une verticale de 2000 à 2007 nous confirme une fois de plus la qualité au vieillissement de ses grands vins de terroir.

 

 

 

 

 

Nous continuons notre périple en Bourgogne par une visite au domaine Hubert de Montille, afin de déguster la aussi le millésime 2007 en rouge et blanc.

Dans ses caves règne une ambiance de sagesse et de bien être, un peu comme l’émotion

Que nous procure le déroulement de cette dégustation. Du simple Bourgogne rouge au Vosne Romanée les Malconsorts toute la gamme des 2007 est sublime, sublime de suavité et envoutant de complexité et de digestibilité, avec une émotion assez intense pour le Corton grand cru les Pougets 2007, qui nous a donner une grande leçon de respect pour le cépage pinot noir.

 

 

Nous ne pouvons pas aller en Bourgogne sans faire une visite au domaine Michel Lafarge à Volnay, ou monsieur Lafarge père s’il vous plait nous attend pour une dégustation comparative des 2006 versus 2007 sur la gamme des Volnay.

Cette dégustation fut en tout point remarquable dévoilant deux millésimes assez différent avec des 2006 qui commence à ce refermés mais dévoilant un potentiel assez exceptionnel et qui sera de longue garde en conséquence des structures tannique et des beaux acides qui construise ce millésime.

 

Pour ce qui est du millésime 2007 les vins du domaine déploient une grande  complexité et un équilibre déjà parfait, à l’image de cette bouteille en équilibre, ou la finesse de ce millésime et soutenue est fonder sur des bases solides et charnues . Des vins déjà fort charmeur et non dénuder de complexité à l’image de la famille Lafarge . Incontestablement 2006 et 2007 sont de véritable coups de cœurs.

 

 

Après un parcourt en côte de Beaune un détour s’imposer an côte de Nuits au domaine Georges Chicotot à Nuits Saint Georges. Ici il y a pas de place pour les courbettes, les Chicotot sont à l’image de leurs vins: Franc, droit et sans détour !

 

Le millésime 2007 au Domaine Chicotot se dévoile sur l'ensemble des parcelles de Nuits Saint Georges comme des vins denses, puissants, et de longue garde. La dégustation d'un 1972 nous démontre une fois encore le potentiel des vins de cette maison mais surtout la finesse et la complexité que prennent les vins du domaine au viellissement.

Une belle rélevation pour cette appellation à découvrir. 

 

 

Page 1 ... 3 4 5 6 7 ... 9 Next 3 Entries »